ANIMATAZINE

RUBRIQUES

CINÉMA ANIMÉ
par Alessandro Palmeri

  • Vous n'êtes pas Gibarien.

  • Ah non? Et qui serais-je ? Un de vos rêves ?

  • Non. Leur marionnette. Vous ne savez tout simplement pas.

  • Et vous, comment savez-vous qui vous êtes ?

    Stanislaw Lem "Solaris", (1961)

INTRO 

Il y a d'abord les ombres.

Les silhouettes anthropomorphes du théâtre d'ombres. 

Ce ne sont pas vraiment des ombres, même si elles vivent grâce à la lumière projetée, ce sont des représentations d'hommes et d'animaux et racontent des histoires.

Dans tout manuel d'histoire du cinéma, quand on parle de la naissance du septième art, on fait référence à trois activités humaines qui ont permis sa découverte :
 

1 - Sûrement la photographie, d'un point de vue technique l'appareil photo est une évolution de l'appareil photo.

Naturellement le film et l'étude du mouvement dans les plans séquentiels de Muybridge  et Marey

ANIMATAZINE CINEMA ANIMATO.gif

2 - La science, avec l'étude de la persistance de l'image, c'est-à-dire le défaut de l'œil humain qui stocke l'image et la fusionne avec la suivante.

Sans la correction de ce défaut, l'œil ne pourrait pas voir le flux des cadres en douceur.

Ici vita (à partir de 1:16 vous pouvez voir l'effet), un exemple visuel de ce qui se passe lorsque le "shutter" corrige l'erreur rendant l'animation fluide.

Lorsque la structure tourne, l'œil "mélange" les images mais lorsqu'un noir (en l'occurrence une lumière stroboscopique) interrompt la "persistance de l'image" dans la rétine, l'animation prend vie.

3 - Le théâtre, génériquement comme "structure architecturale" dans laquelle le cinéma prend vie et plus précisément le théâtre d'ombres qui a le même mécanisme que le cinéma : une lumière projette l'image sur un écran.

ANIMATAZINE CINEMA ANIMATO
ANIMATAZINE CINEMA ANIMATO

Parler de marionnettes et de cinéma, c'est remonter aux origines, à une relation qui ne s'exprime pas seulement par l'usage ou l'interpénétration de deux techniques, c'est un lien plus étroit, presque « génétique ».

Partant de ce postulat, je n'ai pas cherché la présence des marionnettes au cinéma mais la trace, l'inspiration, le gène qui leur fait percevoir leur présence même lorsqu'elles n'y sont pas.

ANIMATAZINE INCONTRA SOLARIS

Solaris, réalisé par Andrej Tarkovskij

SOLARIS 
la planète de l'eau

(ATTENTION CET ARTICLE CONTIENT DES SPOILERS)

 

Solaris  au cinéma c'est trois choses : un livre et deux films.

Le livre est un célèbre roman de science-fiction de Stanislaw Lem.

Comme dans tous les livres de Clemont, ce genre littéraire est élargi et adressé aux spéculations philosophiques.

Solaris  raconte l'histoire d'un psychologue qui, dans un futur où la colonisation des planètes est un sujet d'étude dans les universités, est appelé en mission sur la planète Solaris, dont il est un érudit profond, pour comprendre ce qui se passe.

En effet, il semble que les quelques colons restants sur la planète ne répondent plus à la terre.

Le psychologue Kris Kelvin, qui vient d'atterrir sur la planète, comprend que la situation est dramatique.

L'ami Gibarian, qui est dans la base Solaris depuis des années, s'est suicidé et les deux autres membres de la mission sont "dérangés", l'un ne veut pas sortir de sa chambre et l'autre ne veut pas expliquer à Kelvin ce qui est événement.

Le lendemain matin, Kelvin se réveille et retrouve dans la chambre où il dormait sa femme, qui s'était suicidée des années plus tôt sur terre.

C'est ainsi qu'il découvre le terrible secret de Solaris : la planète, par les influences de son eau, pénètre l'esprit des invités et recrée en chair et en os les personnes que leur esprit évoque.

Ces "invités" inattendus sont, bien sûr, mon interprétation de la présence de la marionnette dans l'œuvre.

La citation au début de l'article est tirée du roman, c'est le moment où Kris Kelvin rencontre son ami suicidaire dans un rêve : « Tu n'es pas Gibarian », « Ah, non ? Et qui serais-je ? Un de tes rêves ? », « Non. Leur marionnette. Tu ne sais juste pas », « Et toi, comment sais-tu qui tu es ? ».

Les êtres humains recréés par Solaris sont des femmes ou des hommes qui sont façonnés par la mémoire de ceux de la planète.

Ce sont donc des figures humaines construites à partir du désir caché de ces sujets, des créations artistiques quasi anthropomorphes.

N'est-ce pas le vœu d'un marionnettiste ?

Celle de refléter l'embarras humain, de faire vivre des formes qui rappellent quelque chose d'humain. Dans l'imaginaire collectif, le désir de la marionnette, et de son créateur, est de pouvoir devenir humain.

Ces personnages de Solaris  ce sont des marionnettes de peau, de chair et d'os.

Et comme dans les contes de fées dans lesquels la marionnette humanisante prend une âme, ainsi dans le roman les corps de ces réincarnations commencent à développer leur propre conscience.

Cela les amène à comprendre qu'ils ne sont que des reproductions, qu'ils ne sont pas les originaux mais seulement le reflet du désir de quelqu'un d'autre.

Ce concept a dû être très clair pour les deux réalisateurs qui ont réalisé les films du roman.

L'un est Andrei Tarkovskij , le très célèbre et très grand réalisateur russe, qui réalise Solaris  en 1972, l'autre est Steven Soderbergh , réalisateur américain également très connu et capable de passer de films extrêmement réussis à des films plus intimistes, qui réalise sa propre version de Solaris  en 2002.

Dans la version de Soderbergh, la présence de la marionnette est rendue explicite dans la scène du rêve de Kelvin dans laquelle le texte du livre est rapporté de manière plus articulée :

Solaris, réalisé par Steven Soderbergh

Mais la présence de la marionnette, comme je l'ai dit, est inhérente au cinéma.

Les acteurs projetés à l'écran ne sont-ils pas des marionnettes humaines ?

Comme dans l'ancien théâtre d'ombres.

La figure statique et complètement noire de Gibarian en est une représentation explicite.

Il y a une autre présence dans le film de Soderbergh qui souligne le concept.

(SPOILER) Dans cette version de l'histoire, le réalisateur américain ajoute un personnage : il s'agit de Snow, joué par Jeremy Davies.

Le personnage semble tout le temps fou et nous, téléspectateurs, pensons que cela est dû au stress de la situation, mais au final, nous découvrons que son "fantôme", créé par Solaris, était son frère jumeau.

Ce que nous voyons n'est pas l'humain, mais la copie de Solaris, qui a tué son créateur.

En bref, ce que nous voyons, c'est que Solaris essaie d'être humain, imitant le comportement humain.

Comme une marionnette essayant de reproduire parfaitement nos mouvements.

En fait l'acteur bouge comme une marionnette, l'exagération des mouvements, les bras qui se lèvent de manière irréelle et la position finale du corps qui conclut le discours :

Solaris, réalisé par Steven Soderbergh

Dans Tarkovsky, on pose la même question aux acteurs.

C'est clair dans cette scène où la femme de Kelvin a le lointain souvenir de la vie sur terre alors qu'elle regarde un tableau de Brueghel.

Les acteurs sont évidemment deux marionnettes : leur façon de s'enlacer, leur lévitation suspendue à des fils transparents.

Même les objets se déplacent dans l'espace comme s'ils étaient les éléments d'un théâtre animé.

Lorsque la caméra tourne autour d'eux et qu'ils s'enlacent, leurs mains ont aussi la fixité de marionnettes.

Ainsi que les deux corps allongés sur le canapé : des marionnettes sans fil qui les supportent.

Et sa tête dans le geste de l'embrasser sur la nuque : c'est une tête qui perd le contrôle de quelqu'un qui la soutenait auparavant.

Solaris , réalisé par Andrej Tarkovskij

Les éléments naturels sont toujours très présents dans le cinéma de Tarkovsky.

Dans ce film, l'eau est centrale, elle l'est naturellement dans toutes les versions de Solaris car c'est l'élément principal de la planète, mais dans Tarkovskij elle devient l'un des protagonistes.
 
Son état liquide lui permet de passer, de se purifier mais aussi de s'arrêter et de prendre la forme d'autre chose, puis de se mouler en un nouveau moi. 

L'eau de Solaris crée des pantins humains, dans son passage elle éveille en eux le souvenir d'une forme, d'une vie, puis elle se dissout et recommence sa tentative dans un flux infini.

Eau et marionnettes. 
 
Voici la fin du film : deux êtres humains qui sont des marionnettes et qui se dissolvent à jamais dans le ruissellement de l'eau.

La séquence commence par l'eau terrestre où vit le protagoniste alors qu'il retourne dans la maison de son père.

Par une fenêtre, il aperçoit la figure paternelle.
 
Observez le visage vide du protagoniste à travers le verre, la façon peu naturelle dont il tient sa main et son visage.
 
À l'intérieur de la maison, le père est frappé par un rugissement d'eau bouillante qui, étant une marionnette, ne s'en aperçoit pas. 

Regardez la manière mécanique et non naturaliste avec laquelle le père franchit la porte de la maison et le fils s'agenouille.
 
Puis le "zoom out" révélateur : ces vies sont créées par la planète, dispersées dans l'eau.

Solaris, réalisé par Andrej Tarkovskij