ANIMATAZINE

RUBRIQUES

EAU

BOUCHE À OREILLE ANIMÉE
par les lecteurs

RAFFAELLO UGO - UN CONSEIL D'AGOSTINO CACCIABUE

Rencontrez Raffaello Ugo, un artiste qui crée des sculptures en mouvement avec des matériaux recyclés alimentés par l'eau et fondateur d' Avvolte l'Inverso, une compagnie de théâtre de marionnettes.
 
C'est un chaman qui poursuit sereinement sa recherche et la transforme en beauté à restituer à toute la communauté.
 
Aujourd'hui Raphaël dit : « L'image du chaman correspond à ce monde idéal mentionné dans notre Constitution : « Tout citoyen a le devoir d'exercer, selon ses possibilités et son choix, une activité ou une fonction qui contribue au progrès matériel ou spirituel. "Ce serait bien si nous pouvions dire que nous avons réussi à faire exactement cela et que notre gouvernement a supprimé tous les obstacles qui auraient pu nous empêcher de bien faire notre travail."
 
Ses productions théâtrales d'un intérêt considérable ont été Flusso  et Nautilus, deux spectacles pour acteurs avec des machines théâtrales à eau. L'eau a toujours été l'élément présent dans ses spectacles et elle l'est toujours dans ses installations. 

"Quand il pleut l'eau mouille toutes choses, et les choses touchées par l'eau ont un frisson. Mais l'eau ne s'arrête pas sur les choses car l'eau coule, l'eau doit couler, l'eau ne doit pas s'arrêter. L'eau qui s'arrête souffre , se sent étouffé. L'eau doit couler, on ne peut pas la forcer dans des lieux clos. Les récipients, les bouteilles, sont la prison de l'eau, l'eau ne peut plus respirer, oui se sentir étouffer, en prison,  parce qu'en prison tu souffres, tu tombes malade. Vous pouvez même mourir en prison. Quand je la vois comme ça (la goutte d'eau qui tombe fait un bruit) je pense que je l'aime, et elle le sait. Cette eau est heureuse, je l'entends rire… "D'après Nautilus de Raffaello Ugo, Quand il pleut .

Raphaël a fermé sa compagnie car « le théâtre, tel qu'il est organisé, je n'étais pas capable de le gérer. Comme nous l'avons déjà dit, il est difficile de rester créatif lorsque vous devez suivre toutes les pratiques administratives et sentir le souffle sur votre cou d'engagements que vous ne pouvez pas refuser et de délais de paiement ou d'autres pratiques qui vous enlèvent l'énergie qui devrait être adressée au domaine de l'art."
 
Il poursuit ses recherches dans le domaine artistique et nous invite en 2018 à l'inauguration de Cadenze , sa nouvelle installation, toujours composée de sculptures mobiles mues par l'eau et accompagnées d'histoires courtes et fulgurantes. L'un d'eux est Douze secondes.
 
"Vous ne pouvez pas arrêter l'eau, car lorsque cela arrive, vous mourez. Lorsque vous empêchez l'eau de couler, quelqu'un meurt quelque part. Chaque fois que cette feuille renverse son contenu, un enfant meurt. Cela se produit très loin d'ici. . Certains disent que ce sont des enfants différents des nôtres, et je crois que c'est vrai. Quand nos enfants meurent de soif après une longue course, après un match de football, ils sont tous en sueur et doivent boire beaucoup d'eau tout de suite. ces autres enfants meurent de soif, ils ouvrent la bouche et les mouches déposent leurs oeufs sur leur langue. Toutes les 12 secondes un enfant meurt de soif... un équilibre... qui casse... et quand un équilibre est rompu, il casse pour tout le monde. de l'eau il y a du silence. Ce n'est pas le silence de quand on écoute, c'est un silence très fort et lourd, c'est comme si les objets, toutes choses devenaient muets et aveugles et sourds. Il n'y a plus d'eau, il n'y a plus ce n'est plus l'âme, rien n'a plus de vie sans eau, seule l'eau peut montrer et l'âme des choses est l'écoulement de l'eau, l'âme des choses, l'âme du monde. Parfois, quelqu'un dit qu'il n'y a pas d'eau dans le désert, mais ce n'est pas vrai. Dans le désert il y a de l'eau et les petits animaux qui y vivent le savent, et cela leur suffit. Il y a beaucoup de bonnes choses dans le monde... et quelques mauvaises choses. Parfois, je me demande si les bonnes et les mauvaises choses sont en équilibre les unes avec les autres ... "
 
Raphaël m'écrit aujourd'hui : "Probablement, quoi qu'il arrive, nous sommes les graines de ce printemps qui viendra forcément. Nous sommes encore sous terre, nous nous protégeons comme nous pouvons, nous attendons. Mais nous sommes dans un monde cyclique".
 
Raphaël m'a toujours profondément marqué et continuera de m'émerveiller par ses visions extraordinaires. Il ouvre des coffres d'où sortent des trésors.
 
Agostino Cacciabue, Théâtre Tages. 
 
Quartu Sant'Elena, 10 février 2022 

JORDI BERTRAN - UN CONSEIL DE TONINO MURRU

Cher…
 
Parlant à Cagliari lors de notre festival avec Valeria, j'ai senti que l'eau serait le thème du magazine, alors avec passion je lui ai parlé de deux spectacles que j'avais vus à Cagliari.

Le premier : L'Avare de Molière , par la cia Jordi Bertran  de Barcelone, où l'objet principal était l'eau.

L'autre, Maison mère  par Phia Ménard , où l'eau est le sujet final du solveur.

 
J'ai parlé du premier avec l'auteur que je connais depuis de nombreuses années et il m'a proposé de raconter  directement lui la création originale.

Le processus de gestation de l'idée originale du spectacle L'Avaro de la Cie Jordi Bertran

Certains disent que les bonnes idées créatives viennent lorsque vous êtes assis sur une chaise en pensant ou en imaginant, d'autres lorsque vous êtes assis tranquillement sur les toilettes .

Quant à moi, comme je ne reste jamais immobile, les grandes idées me viennent en mouvement. Travaillant. Dans ce cas, je dois remonter à un mois au printemps 1998. Au cours de ce printemps, j'ai donné des cours de théâtre avec des marionnettes à l' Institut théâtral de la Diputación de Barcelona.

Je lisais un livre dont je ne me souviens pas du nom, quelque chose comme : L'eau dans la littérature universelle, dans lequel des fragments de livres d'auteurs comme Edgar Allan Poe, Oscar Wilde ou Ovide étaient cités. J'ai proposé à mes élèves de développer un projet théâtral où l'eau était le protagoniste principal, ils ont choisi le mythe de Narcisse.

Dans la salle de classe se trouvait une tête en latex fabriquée par Alfred Casas, le professeur de théâtre d'ombres et de marionnettes du département. Nous avons demandé la permission de l'utiliser dans notre atelier de théâtre, car nous avions peu de temps et peu d'outils à notre disposition, j'ai donc pu créer un personnage le plus rapidement possible.

Au cou nous avons attaché un tissu dans lequel nous avions fait un trou où le manipulateur a glissé sa main qui est devenue celle de la marionnette, tandis que l'autre main est entrée à l'intérieur de la tête pour la déplacer.
 
Le personnage de Narcisse n'avait qu'une tête, un corps en tissu et un seul bras.

Je savais bien que l'absence du second bras pouvait poser problème, mais je sentais qu'avec une bonne interprétation et la force expressive du personnage, le spectateur oublierait, en quelques minutes, l'absence du second bras.

Et il en fut ainsi, le fait qu'un seul manipulateur suffisait à l'interprétation du personnage, donnait une grande liberté de mouvement qui n'aurait pas existé s'il y avait eu deux manipulateurs. Ceci, associé à la possibilité de collecter et de déplacer des objets avec la vraie main, et une bonne préparation des étudiants de la 3ème année de l'Institut, a donné d'excellents résultats qui peuvent encore être vus aujourd'hui dans un
vidéo conservée par la bibliothèque de l'Institution.

Cet été chaud commençait à montrer des signes de changement climatique.

Nous étions allés à Charleville-Mézières au Festival du Monde, haut lieu de la marionnette, pour présenter les performances de ma compagnie Poèmes Visuels et Anthologie.

A cette époque, je lisais L'Avare de Molière. Je me souviens que nous faisions la queue pour entrer dans l'Espace Rimbaud, pour voir un spectacle, quand j'ai vu que, dans le jardin entourant l'espace, quelqu'un avait eu la bonne idée de coller une petite enseigne en bois avec un robinet tiré dans le sol herbeux. qui dépassait du sol d'environ 10 centimètres.
 
Comme je n'étais pas assis mais debout et en mouvement, j'ai imaginé un visage avec un nez très prononcé et une sorte de ruban pour orner la tête. J'ai commencé à me poser des questions.
 
Que se passerait-il si la tête de Narcisse était remplacée par un robinet ? Pouvait-il devenir un Harpagon, le protagoniste de l'ouvrage que je lisais ? Que se passerait-il si au lieu d'accumuler de l'argent, ce robinet fantoche accumulait de l'eau, une denrée de plus en plus rare et précieuse ?
 
L'eau pourrait-elle jamais avoir le même pouvoir que l'argent ?
 
Toutes ces questions ont commencé à trouver des réponses lorsque ce même automne j'ai proposé aux membres de ma compagnie de créer un spectacle à partir de cette idée originale née à Charleville.

Quant au processus de création intense et tortueux qui s'achèvera en 2000, avec la première au Festival Internacional de Titelles de Barcelone et peu après à Titirimundi, nous le laisserons à un autre article.

Jordi Bertran
 
On parlera de Phia Ménard... Sûrement alors... Dans le numéro d'Aria...
 
Tonino Murru  - Est Mascareddas
 
Cagliari 27 février 2022

JAQUELINE DOMMISSE - UN CONSEIL DE JANNI YOUNGE

Je connais le travail de Jaqueline depuis de nombreuses années, elle est pour moi une référence de l'art de la marionnette ici en Afrique.

Je lui suis très reconnaissante pour ce spectacle créé en 2002, car il représentait une œuvre révolutionnaire pour la danse en lien avec la marionnette dans un contexte de théâtre intégré, une œuvre pionnière qui a ouvert la voie à de nombreuses autres créations ultérieures dans ce sens.

Un beau spectacle qui parle d'identité et de fragilité du corps. 

C'est un plaisir pour moi de vous la présenter et d'entrer en contact avec elle.

Janni Younge

Le Cap 14 janvier 2022

Mermaid.png
mermaid 2.png

Alors Jaqueline Dommisse écrit à ANIMATAZINE :

PROJET DE DANSE REMIX  est la première compagnie de danse intégrée d'Afrique du Sud. La compagnie a chorégraphié et interprété des œuvres originales de danse contemporaine avec des artistes aux capacités physiques mixtes. Nicola est une danseuse valide et Sudi a souffert de la polio dans son enfance et utilise des béquilles pour marcher.

La fable de la sirène et des ivrognes était ce qu'on pourrait appeler une production théâtrale intégrée. Une nouvelle direction dans la danse contemporaine et le théâtre physique, où personnes handicapées et valides travaillent ensemble sur et hors scène. Cette production était le premier effort de marionnettes de la Remix Theatre Company.
 
La production était basée sur un poème de Pablo Neruda et l'objectif du travail était le mauvais traitement d'une sirène, en raison d'un malentendu. Sudi Kapangura et Nicola Visser ont joué dans la production et ont animé les marionnettes. 
 
J'ai conçu et construit les marionnettes du spectacle et je les ai appelées marionnettes portrait .
 
Chacune des deux marionnettes était une version idéalisée, un rêve de son animateur. Le portrait de Nicola était la sirène. Nicola n'est pas seulement danseuse, mais aussi nageuse. À l'époque, Nicola était mère d'une fille de 3 ans et enceinte de son premier fils. Sa vie était pleine d'engagements et elle se sentait très attachée à la terre  pour les besoins de travail dans la gestion du Remix Dance Project et ses responsabilités pour le soin de la maison et des enfants. Pourtant, tôt chaque matin, il descendait jusqu'à la piscine de la mer près de sa maison côtière pour nager. Ce n'est que pendant ce court laps de temps dans l'océan chaque jour qu'elle se sentait libre. La marionnette de rêve de Sudi était une marionnette qui pouvait "marcher" sans béquilles. Sudi était un réfugié de la République démocratique du Congo déchirée par la guerre et avait voyagé à pied avec des béquilles jusqu'en Afrique du Sud. De temps en temps, il recevait des promenades, mais il parcourait de très nombreux kilomètres. Malcolm Black a conçu et construit les marionnettes d'un épisode de l'opéra. 
 
Le thème principal que nous avons exploré dans le travail était l'altération  dans les expériences vécues par l'entreprise. D'une part, les expériences d'une femme invalidée par les structures patriarcales, par les stéréotypes de genre, notamment envers les femmes enceintes. D'autre part, l'exclusion des personnes vivant avec un handicap, les expériences du racisme et de la xénophobie. 

" Dans cette production, il y a des moments où les marionnettes s'intègrent à la danse et enflamment le spectacle. Le résultat est envoûtant, prouvant une fois de plus que la marionnette est un médium puissant qui ne doit pas être considéré uniquement comme un théâtre pour enfants . .

La production était basée sur un poème de Pablo Neruda, un réfugié politique espagnol, et l'objectif de l'œuvre était le mauvais traitement d'une sirène, en raison d'un malentendu. Sudi Kapangura et Nicola Visser ont joué dans la production et manoeuvré les marionnettes. Les deux marionnettes étaient La Sirena et La Piccola Sudi, toutes deux conçues et fabriquées par Dommisse, en bois et en papier mâché.

L'un des moments les plus émouvants du spectacle, dit Jacqueline, c'est quand Sudi, qui a besoin de béquilles pour marcher, manipule un double d'elle pour en faire une marionnette - et marche !

Une séquence d'ombres chinoises a également été incorporée dans le spectacle, qui était une histoire de sirène centrafricaine.

Pendant que Kapangura racontait l'histoire, les marionnettes étaient manœuvrées par Visser derrière un écran de fortune sur une table renversée. Le danseur en fauteuil roulant Malcolm Black, fondateur du Remix Dance Project et artiste autodidacte, a conçu et créé les ombres chinoises avec l'aide de Dommisse
  ". (Extrait du mémoire de ZUANDA BADENHORST sur la marionnette sud-africaine)
 
La fable de la sirène et des ivrognes -  Remix Dance Project Compagnie
Mise en scène par Jaqueline Dommisse / Danseurs / Marionnettistes : Nicola Visser & Sudi Kapangura / Chorégraphie : conçue par la distribution, par Nicola Visser / Texte : conçue par la distribution, organisée par Jaqueline Dommisse / Conception et construction des marionnettes : Jaqueline Dommisse et Malcolm Black / Conception balançoire marionnettes : Jill Joubert / Scénographie : Jaqueline Dommisse et Nicola Visser / Conception lumière : Paul Abrams / Prise de son et mixage : Tony Groenewald / Musique : Arvot Pärt, Tabula Rasa / Poésie : Pablo Neruda, La favola della sirena et les ivrognes. Photographe Sean Wilson.

ENZO DAL RE - UN CONSEIL DE CAMILLA BARBARITO

Enzo Del Re est un personnage merveilleux qui a écrit cette chanson intitulée YES NA DROP.

Une chanson qui dit que tu es une goutte dans une mer, dans une mer de gens, tu es une goutte et  tu es aussi la mer ..

Un protagoniste de la musique populaire des Pouilles et des mouvements des années 70.

Un conteur qui jouait sur une chaise et s'accompagnait en battant cette chaise, son corps. Une voix incroyable, un poète. 

MARIA SIGNORELLI - UN CONSEIL DE GIUSEPPINA VOLPICELLI

La première chose qui m'est venue à l'esprit, c'est que ces trois personnages Eau, Feu, Vent, sont dans le fameux placard, mis là  de maman  il ya un siècle,  ce sont donc des personnages  auquel elle tenait beaucoup.

 

J'ai commencé à chercher et j'ai vu des photos d'autres marionnettes, qui d'une certaine manière s'en souvenaient, feuilletant les années à partir de 1941, je suis arrivé à 1945 et j'ai pensé qu'il fallait que ce soient les personnages du conte de fées russe,  La triste histoire du demi coq , avec musique  par Lidia Ivanova.

 

En gros, c'est l'histoire d'un coq beau et entreprenant, qui désobéit à sa mère qui lui ordonne de ne pas quitter le poulailler, et décide d'explorer le monde.

 

Alors il démarre et marche, arrive fatigué et affamé, devant un restaurant, où le cuisinier le voit, l'attrape et le jette dans une marmite pour faire un bon bouillon.

 

(Brrr... je dis)

 

Mais à cause des nombreuses choses à faire, le cuisinier oublie le bouillon et quand il s'en souvient, le coq a manqué d'eau et a tout brûlé et est devenu noir comme du charbon.

 

Le Cuisinier, ne pouvant rien faire d'autre, le glisse dans un morceau de fer et le met en girouette, enseigne de la boutique et le vent qui souffle fort la fait tourner ici et là.  

La première représentation a eu lieu à Moriano, en Toscane, le spectacle a eu lieu sur la place du village devant l'église et a plu  beaucoup, alors quand ma mère est revenue l'année suivante, elle a entendu dire que dans les champs les paysans chantaient les chants du demi-coq.

TARJEI VESAAS -  UN CONSEIL DE ELISE VIGNERON

LE PALAIS DE GLACE 
Tarjei Vesaas
Traduit du norvégien par Jean Baptiste Coursaud
Edité par Babel

Chapitre 7

Le bâtiment s'effondre

Personne ne peut assister à ce moment : lorsque le palais de glace s'effondre. Cela se passe la nuit, après que tous les enfants soient couchés.
Personne n'est impliqué au point de participer. Une vague de chaos silencieux secoue certes l'air des chambres lointaines, mais personne n'est éveillé, personne ne peut demander : qu'est-ce que c'est ?
Personne ne sait.
Et ainsi le palais s'effondre dans la cascade, avec ses secrets. Il tonne - alors il ne reste plus rien.
...
Tout se brise sous la pression de l'eau et s'effondre en une écume blanche crachée par la cascade. D'énormes blocs s'entrechoquent et s'entrechoquent - ils s'entrechoquent pour se casser encore plus. Le palais entier a disparu de la surface de la terre.
En grande hâte les masses poussent ; ils se dispersent bientôt d'un côté à l'autre, avant même que personne ne se soit réveillé. Avec ses petits bords émergeant de la surface, la glace éclatée flottera, naviguera, puis fondra et n'existera plus.

DANS LE BATEAU DE NUIT
Tarjei Vesaas
Traduit par Régis Boyer
Edité par José Corti, 2002

Extrait de Une rivière tranquille se glisse hors de l'arrière-plan

Comment est le silence quand il est si grand que 
ne pouvons-nous pas le comprendre? Quand il a glissé 
Hors de sa place et se sent plus lourd que la foudre. 

C'est juste quelqu'un qui quitte le 
les forêts. Peut-être que ce n'est pas si important. 
Il s'installe tranquillement et avec force.

La rivière lumineuse au repos s'écoule avec 
avec tout ce qui lui appartient. C'est venu comme 
de loin - et livre ce qu'il y a de plus intime. 
Voyager vers une mer lointaine.

Qu'est-ce qui fait partie du voyage ? 
Désir qui s'est apaisé. 
Rien d'autre. 
L'eau glisse, glisse.

Il ne fait pas beaucoup de bruit. 
Mais le paysage qui vit à côté ne peut pas éviter
d'être marqué par ce voyage.

L'eau la plus brillante de la plus intime 
Une nouvelle eau pétillante viendra ensuite. 
Tout est au repos. Un voyage reposant qui n'en a pas l'air
pouvoir s'arrêter ou cesser.

Et il mène à la mer. 
Faites glisser hors de son cadre vers 
la vaste mer lointaine.

JEAN CAGE -  MUSIQUE DE L'EAU DES FEMMES DE VANATU - SHINICHI MARUYAMA : 
CONSEILS DE MARJA NYKANEN

Les conques sont de grandes coquilles qui produisent - avec l'eau qu'elles contiennent - des sons de nature percutante lorsqu'elles sont tournées.

Leur particularité est qu'ils empêchent les joueurs qui les manipulent d'exercer un quelconque contrôle sur le son bouillonnant qui en résulte.

John Cage les a utilisés dans sa pièce de 1977 Inlets .

Les interprètes du groupe Vanuatu Women's Water Music sont originaires des îles tropicales éloignées du nord de Vanuatu.

Ils parcourent le monde en interprétant les danses Na Mag et Ne Lang en prélude à la musique mystique de l'eau, vêtus de leurs costumes traditionnels Gaua et Mere Lava faits de fleurs et de feuilles, de noix de coco et de pandanus.

Shinichi Maruyama est un grand expert en Liquid Splash , l'art de projeter des liquides tels que l'encre et l'eau dans l'air, en les immortalisant par des moyens photographiques spéciaux, dans toute leur suggestion imprévisible.